La découverte d’une bactérie a conduit à la fermeture de l’équipement du camping de Rambouillet

Infectée par une bactérie, la piscine du camping Huttopia, à Rambouillet, a dû être fermée à la clientèle. Elle pourrait rouvrir aujourd’hui.

«Baignade non autorisée. Piscine en cours de rééquilibrage ». C’est par cette mention affichée sur l’un des portillons permettant d’accéder à la piscine, que les clients du camping Huttopia de Rambouillet sont informés, depuis mardi, que l’accès à l’équipement est interdit. Pourront-ils y plonger à nouveau aujourd’hui ? Ce n’est pas impossible.

En effet, si l’affichage évoque un « rééquilibrage », la piscine a, en fait, été fermée à la demande de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France ( voir notre précédente édition). Car lors de l’un des contrôles de la qualité de l’eau qui « sont effectués de façon hebdomadaire », a expliqué, hier, Stéphane Buc, directeur général d’Huttopia France, la présence d’éléments pathogènes a été mis en évidence. Des bactéries de type staphylocoques et pseudomonas ont été découvertes et cela dans des taux supérieurs aux normes. « Cela est déjà arrivé, peu souvent, mais ça arrive ». Pour remédier à cette situation « des processus de renouvellement de l’eau du bassin ont été mis en œuvre ».

De nouveaux prélèvements ont été effectués mardi par les techniciens de l’ARS. Aujourd’hui, « ou vendredi », la direction de l’établissement devrait savoir si elle est ou non autorisée à rouvrir sa piscine.

« C’est dommage ! »

Cet incident contrarie la clientèle. « C’est dommage ! Elle est superbe cette piscine », a confié, hier, un père de famille français. Il est vrai que l’équipement n’est pas commun puisqu’il est communément appelé « piscine naturelle ».

Inaugurée dans la foulée de la réouverture du camping sous l’enseigne Huttopia en 2008, la piscine avait fait sensation à l’époque, sa couleur verte interpellant les visiteurs comme les clients. Novateur à l’époque, le concept est aujourd’hui mieux connu des professionnels comme des particuliers, bien qu’il reste encore relativement confidentiel.

Extrait – Ariel Schwarz l’Echo Républicain – 24/07/2014