Présence de légionelles dans l’EREA de Châteauroux

Présence de légionelles dans les réseaux d’eau de l’EREA de Châteauroux

En guise de rituel matinal, près de 50 internes de l’établissement régional d’enseignement adapté (Erea) Éric-Tabarly se rendaient aux plateaux techniques ou au gymnase… pour y faire leur toilette. Une situation subie lors de la semaine de la rentrée.
« Il y a de la Legionella dans les tuyaux de l’Erea depuis la fin août, indique Sandrine Loiseau Melin, chef de cabinet de l’Agence régionale de santé (ARS). Un traitement par chocs chimiques a eu lieu » le 20 août.
Retour à la normale « Le problème est déjà résolu. La Région a fait le nécessaire », tempère Eduard Van Hootegem, chef d’établissement. « Seul l’internat était concerné. Lundi (9 septembre), à la réception des derniers résultats d’analyses, on a rétabli un fonctionnement normal. » La direction indique avoir appliqué « le principe de précaution ».
« Les familles ont été informées, comme l’ensemble des personnels de l’établissement », précise Eduard Van Hootegem. Des analyses sont pratiquées deux fois par an sur le réseau d’eau. « On va en refaire au retour des congés de la Toussaint », assure le chef d’établissement.
En 2014 et 2015, l’établissement Éric-Tabarly avait fait l’objet d’importants travaux financés par le Conseil régional. « La totalité des équipements est donc presque neuve », indique Pierre-François Gachet, directeur académique de l’Indre.
Y a-t-il des précédents dans l’internat Éric-Tabarly ? « Je n’ai pas suffisamment d’ancienneté pour répondre », explique Eduard Van Hootegem. Le chef d’établissement renvoie vers les services techniques de la Région, difficilement joignables. « Il n’y a pas de traces antérieures », tranche Pierre-François Gachet. Et le directeur académique de marteler : « C’est une affaire réglée à la satisfaction générale. »
L’eau contaminée par la Legionnella peut entraîner la légionellose, une infection respiratoire grave. L’infection survient deux à dix jours après l’inhalation de particules d’eau contaminées. Les actions de prévention concernent la conception et l’entretien des installations de réseaux d’eau chaude sanitaire.
Aucun malade n’est à déplorer dans l’établissement scolaire à ce jour. Et la petite cinquantaine d’internes retrouve un peu de confort quotidien.

Source : La Nouvelle République – 12/09/2019